Situation du Centre hospitalier : le commentaire éclairé et réaliste d’un ancien médecin de l’hôpital

« La guerre est une affaire trop grave pour être confiée aux militaires », disait Clémenceau. Je ne le paraphraserai pas en considérant que la santé est chose trop sérieuse pour être confiée aux médecins. Au Centre hospitalier d’Oloron, le personnel hospitalier, médecins en tête, est sans doute mieux placé que la plupart d’entre nous (politiques compris) pour avoir une juste idée de la situation et des solutions éventuelles de nature à régler les problèmes qui se profilent à l’horizon.

Le docteur Jean-Louis Coquard a été durant de longues années praticien au sein de cette structure. Il m’a adressé un commentaire que je livre ci-après in extenso. J’adhère à ce message. Car ce n’est pas à la vox populi de décider du sort de l’hôpital. Mais il n’est pas non plus extravagant de vouloir que la question se règle en toute transparence, non pas sur la place publique, mais cependant au su et au vu de tous ceux qui se sentent concernés. En tant que patients ou futurs patients, nous sommes en droit d’être informés de ce qui se prépare. Et, du moins je l’espère, assez responsables pour prendre en compte certains impératifs : démographie médicale, situation financière très délicate etc…

Voici le commentaire du Docteur Coquard :

Bonjour,
Citoyen lambda, détaché de toute responsabilité, je lis la presse et m’informe uniquement par ce biais et commente ainsi :
• « on a gagné , on a gagné » entendait-on , il y a peu de temps ….le machin Agence Régionale de Santé ( après gestion préfectorale …la meilleure …ddass,drass,arh..) avait tout simplement éteint des flammes !!! on n’avait rien gagné ….
• la maternité : sérénité , confiance , sécurité , démographie , attractivité n’y sont plus …se battre pour gagner 1 jour, 1 mois , 1 an est louable mais il y a mieux à faire
• la réanimation : de nombreuses structures béarnaises ont des malades lourds, très lourds sans réanimation mais un soin continu …les médecins, la direction le disent, un soin continu intensif ne nuit pas à la sécurité et Oloron a eu ce temps avant de devenir réanimation …certains ont une mémoire courte …il y a mieux à faire et des gens ci-dessus s’y attèlent …respectons-les.
• un projet médical s’annonce dans la mesure où 2015 a vu une dizaine de départ de médecins , soyons attentifs aussi à 2017 sauf imprévu , …pourquoi précipiter la vox populi sans projet ….il y a mieux à faire en lui expliquant des projets réalistes …
Citoyen, retenons certains adages  » pas de médecine sans médecin  » …. »le Centre hospitalier général se sauvera par lui-même ou non « …. »la personne âgée (un grand nombre d’entre nous en est une) un sujet vital » : ce dernier, pour moi, très porteur de richesse et d’avenir …ne pas y voir soins de suite, long séjour, combien d’entre nous, moi le premier, sont classés senior ou personne âgée …ce n’est pas une tare.
Avancer dans la réflexion oui, mettre en avant la vox populi non (cf. « on a gagné , un bel exemple)
À suivre

Ordre du jour du Cesel : la grosse pagaille continue

Les membres du Conseil économique, social et environnemental local (Cesel) vont finir par attraper le tournis. Jugez-en :
– Le 3 février ils reçoivent une convocation de la mairie à une réunion plénière le 19 février afin de débattre des questions inscrites à l’ordre du jour du conseil municipal du 29 février ;
– Le 12 février, ils sont destinataires d’un nouveau mail de la secrétaire du Cesel leur rappelant cette réunion plénière ;
– Le 17 février, troisième mail signé de la secrétaire du Cesel, leur annonçant cette fois un changement de programme : ils ne débattront plus des questions inscrites à l’ordre du jour du prochain conseil, mais se verront expliquer ce qu’est un budget communal.
– Aujourd’hui, 18 février, Lire la suite « Ordre du jour du Cesel : la grosse pagaille continue »

Je ne suis pas communiste, mais….

Non : je ne suis pas communiste, mais…. Voilà qui nous éloigne de la chronique oloronaise, cible principale d’Oloronblog ? Pas tant que ça. Mais pour la clarté de la démonstration, il me faut pour commencer vous infliger quelques instants d’autobiographie.

J’avais encore les culottes courtes, les communistes représentaient pour moi Lire la suite « Je ne suis pas communiste, mais…. »

L’ordre du jour du prochain conseil municipal révélé en avant-première aux membres du Cesel

Au mois d’avril 2015, lors de la première réunion informelle du Conseil économique, social et environnemental local (Cesel), le maire s’était engagé à présenter en avant-première aux membres de cette auguste assemblée l’ordre du jour de chaque conseil municipal. Bien entendu après que les conseillers municipaux en aient eux-mêmes été destinataires. Ainsi, dans l’esprit du maire, les citoyens membres du Cesel pourraient non seulement être informés des questions traitées, mais également donner leur avis.

Neuf mois plus tard, cet engagement est en passe d’être tenu. Le Cesel a en effet été convoqué le Lire la suite « L’ordre du jour du prochain conseil municipal révélé en avant-première aux membres du Cesel »

Maternité de l’hôpital : KO – Signalisation routière : OK

Le billet d’hier évoquait la menace de fermeture de la maternité de l’hôpital. Menace confirmée par La République ce matin. Ce billet revenait aussi sur l’intervention du maire lors du conseil de la CCPO. Une intervention où il désignait le corps médical de l’hôpital comme « l’ennemi principal » qui avait écrit à l’Agence Régionale de Santé pour signaler l’état catastrophique de cette maternité.

La réplique du corps médical ainsi montré du doigt ne s’est pas fait attendre. Une réplique cinglante par la voix de Lire la suite « Maternité de l’hôpital : KO – Signalisation routière : OK »

Les responsables d’une possible fermeture de la maternité déjà identifiés par le maire

Le compte-rendu du conseil communautaire de la CCPO qui s’est déroulé hier soir laisse entendre que c’est une question d’actualité posée par Robert Bareille qui a constitué le point le plus important de l’ordre du jour. Question portant sur l’avenir plus qu’incertain de la maternité de l’hôpital d’Oloron.

L’occasion pour le maire, président du conseil de surveillance dudit hôpital de se montrer à la fois rassurant et pessimiste. Rassurant quand Lire la suite « Les responsables d’une possible fermeture de la maternité déjà identifiés par le maire »

Une rue en sens unique…. ouverte à la circulation en partie dans les deux sens

Un lecteur d’Oloronblog.com encore plus observateur que les autres – ce qui n’est pas peu dire -a remarqué une petite anomalie dans la signalisation routière oloronaise. Pour la constater, il suffit Lire la suite « Une rue en sens unique…. ouverte à la circulation en partie dans les deux sens »

Démissionnez, Monseigneur Aillet !

Monseigneur,

Vous êtes ma deuxième tête de Turc. Je sais, « tête de Turc », pour qualifier un évêque, voilà un rapprochement assez malvenu. Mais c’est pour tester votre esprit de tolérance. Et ne me demandez surtout pas le nom de la personne qui vous précède dans mon palmarès, je ne vous le livrerai pas.

Aujourd’hui, lorsque les médias nationaux citent Oloron, c’est pour évoquer Lire la suite « Démissionnez, Monseigneur Aillet ! »

Voie ferrée Oloron – Canfranc : Georges Manaut 1 – Alain Rousset 0

Georges Manaut est une personne qui a de la suite dans les idées et qui ne se laisse ni impressionner ni décourager par les barrières administratives que l’on tente de dresser sur son passage. Tout le monde connaît maintenant, sans nécessairement la partager, son opposition historique à Lire la suite « Voie ferrée Oloron – Canfranc : Georges Manaut 1 – Alain Rousset 0 »

Le maire fait « péter » ses galons

Lettre du maire aux riverains Palassou007

« Faire péter ses galons » : expression de l’argot militaire qui désigne – c’est du moins ma définition – une personne qui fait une crise d’autorité du style : « C’est moi le chef, ici ! », phrase qu’elle accompagne d’un coup de menton.

Ce matin, dans les boîtes (avec accent circonflexe) aux lettres de la rue Palassou,les riverains ont trouvé une lettre signée du maire. Objet de la missive : Lire la suite « Le maire fait « péter » ses galons »